slide_1_01

Suzanne Masson

Une vie au service des enfants

portrait mamieUn enfance orpheline

Celle que tous appelait "MAMIE", est née le 25 Février 1915 à Nancy.

Elle n'a pas connue son père, architecte, mort sur le front de lArtois en 1914 peu de temps avant sa naissance, et fut élevée avec son frère Jacques (qui deviendra plus tard "père blanc" au Burkina Faso) par leur mère.

En 1931 elle entre à l'école des Beaux-Arts de Nancy dans la section sculpture jusqu'en 1939. 

Lorsque la seconde guerre mondiale débute, elle est employée comme dessinatrice publicitaire aux ateliers ABC à Paris et souhaite devenir sculpteur, mais la guerre à remis en cause cette voie toute traçée et c'est à cette époque qu'elle découvre le sort des enfants orphelins.

 

plaquette maison des enfantsÀ la rencontre des "enfants de tristesse"

Très marquée par sa propre expérience, elle s'émeut du sort de ces enfants confiés à la bienveillance de l'état mais privés de famille et de tout ce qui est nécessaire sur le plan de l'amour et de la stabilité pour grandir et s'épanouir dans les meilleurs conditions.

Disponible, elle s'est tout normalement dirigée vers les enfants, d'abord dans un préventorium marin en Bretagne ou elle est allée à la rencontre de ceux qu'elle nommait "Les enfants de tristesse". A l'issue de cette première expérience marquante, sur les conseils de ses proches, elle intègre pour 3 ans une formation d'études sociales afin de se donner les moyens et la formation nécessaire à ce qui allait devenir le combat de toute sa vie.

"Jamais, vous ne nous séparerez"

Une maison pour ses enfants

levallois 1943En juin 1943, elle reçoit le soutien du Père Duval, alors directeur des Orphelins d'auteuil, qui l'aide à lancer son action. Elle recherche alors une maison pour accueillir ses premiers enfants et c'est à Levallois-Perret qu'elle s'installe au 67 rue Anatole-France. Entourée de ses amis et de sa famille elle rénove cette grande maison, qui servait alors d'atelier de fabrication de cierge, et on lui offre tout le nécessaire pour faire de cet endroit un lieu de vie famillial.

3 mois plus tard douze enfants, uniquement des garçons dont l'ainé avait 9 ans, sont regroupés dans cette maison qui leur apporte ce qui leur a tant manqué : une vie de famille gaie et active pour se construire et oublier les traces du passé et de la guerre.

 

En 1945 elle crée officiellement l'association "NOTRE MAISON".
Entourée d'amis de H.E.C dont Bernard DESCAMPS, elle accueille de plus en plus d'enfants, 25 au total.

 

porte ouverte 1953En 1953 elle décide d'offrir à sa famille un endroit au bord de mer et en Bretagne pour les vacances. C'est ainsi qu'en 1954 un terrain est acheté sur la commune de Loctudy et qu'entre 1954 et 1955 y est construite une grande maison.

Pendant toutes ces années elle à assumée, aidée des ses amis, la lourde tâche de mère de famille nombreuses. Mais devant le nombre croissant de demande d'accueil il lui à parut nécessaire de chercher le concours d'autres femmes, à leur tour disposées à prendre en charge le rôle maternel, pour étendre son action dans les principes d'éducation qui furent les siens au cours de ces premières années.

Une maison, des maisons, un village, des villages...

village enfantsEn cherchant des femmes prêtes à s'engager et à vivre la même vie que la sienne, l'idée d'un regroupement sous forme d'une structure sur le modèle de ce qui se faisait en Hollande et en Autriche lui est apparue comme une évidence. Ce projet de construction de maisons pour les familles, à la fois ouverte sur l'extérieur, mais avec la possibilités de communiquer vers l'intérieur et offrant une sécurité aux enfants, mais surtout aux femmes, fut la base de la création du Mouvement pour les Village d'Enfants.

En 1958, Suzanne Masson et Bernard Descamps créent l'association Mouvement pour les Village d'Enfants avec deux missions phares : protéger les enfants en danger et regrouper les fratries sous un même toit dans un cadre de vie familial autour d'une femme assumant le rôle de mère.

 

Dès la même année les premiers villages sortent de terre sous la direction de l'architecte Jean Heckly (tout d'abord Cesson puis Boisettes, Pocé-sur-Cisse, Amboise, Villabé). Chaque village ayant chacun huit à dix maisons familliales sous la responsabilité de mères éducatrices et de collaborateurs

Depuis sa création le MVE à accueillis et élevé plus de 2 000 frères et sœurs.

En 1975, elle est élevée au grade de chevalier de l'Ordre du mérite. Le 28 janvier 1978, à celui de chevalier de la Légion d'honneur.

La Fondation SALVE, au Liban et au Sénégal

À partir de 1977, elle se rend trois ou quatre fois par an au Liban et au Cambodge pour prendre en charge des enfants orphelins.

En 1981, elle crée la Fondation Salve (organisme d'aide internationale pour les enfants victimes de guerre) qu'elle préside. Cette fondation permet à des jeunes, en France mais aussi au Liban, et au Sénégal, en pologne et au Cambodge, de vivre dans un cadre familial et de poursuivre des études grâce à des bourses.

Le 20 mars 1991, au cour d'un Conseil d'Administration, Suzanne Masson est prise d'un malaise et décéde peu de temps après, laissant un vide immense pour ses enfants et petits enfants.

L'association MVE devient Fondation reconnue d'utilité publique en 2006, consécration de l'engagement d'une femme extraordinaire et d'un destin si particulier.